comme une poussière d'or

Imprimer
PDF
 fleche-left fleche1
 
logoitalianflag
logoenglishflag


Du monde antique et du monde futur
la beauté seule était demeurée, et toi,
pauvre petite soeur cadette,
celle qui court derrière ses frères plus grands,
et rit et pleure avec eux, pour les imiter,
toi petite sœur plus jeune,
cette beauté-là tu la portais humblement,
et ton âme de fille de petites gens
n’a jamais su qu’elle la possédait,
sinon il n’y aurait pas eu de beauté.
Le monde te l’a enseignée,
ainsi ta beauté est devenue sienne.
De l’effrayant monde antique et de l’effrayant monde futur
la beauté seule demeurait, et toi
tu l’as traînée comme un sourire obéissant.
L’obéissance demande trop de larmes englouties,
de don aux autres, trop de regards joyeux
qui réclament leur pitié ! Ainsi,
ta beauté tu l’as emportée.
Elle disparut comme une poussière d’or. 

 marilynmonroe
Marilyn Monroe by artist unknown
marilynfirm

Du stupide monde antique et du cruel monde futur
demeurait une beauté qui n’avait pas honte
de faire allusion aux petits seins de sœur cadette,
au petit ventre si facilement nu.
A cause de cela, il y avait de la beauté,
la même que celle des douces filles de ton monde…
les filles de commerçants
qui remportent les concours de Miami ou de Londres.
Elle disparut comme une colombe d’or.
Le monde te l’a enseignée,
ainsi ta beauté ne fut plus de la beauté.
Mais tu étais toujours une enfant,
sotte comme l’Antiquité, cruelle comme le futur,
et entre toi et ta beauté possédée par le Pouvoir,
prit place toute la stupidité et la cruauté du présent.
Tu la portais toujours comme un sourire entre les larmes,
impudique par passivité, indécente par obéissance.
Elle disparut comme une blanche colombe d’or.
Ta beauté qui a survécu au monde antique,
réclamée par le monde futur,
possédée par le monde présent,
devint un mal mortel.
Maintenant les frères aînés, enfin,
se retournent, suspendent pour un moment leurs jeux maudits,
se détournent de leur inexorable distraction,
et se demandent : « Est-ce possible que Marilyn,
la petite Marilyn, nous ait montré la route ? »
Maintenant c’est toi, celle qui ne compte pas,
la pauvre, avec son sourire,
c’est toi la première au-delà des portes du monde
abandonné à son destin de mort.

Marilyn in "La rabbia"
Pier Paolo Pasolini - 1963

La rabbia by PPP - Lettura Renato Guttuso



 

Nous avons 112 invités en ligne

logo-araaslanian2
ջուր (photo : Ara Aslanyan)

les nuages..

logo-clouds-gAlex Howitt

contact/newsletter

logocontact1

bien-yvan
Faites le bien

logo-dean
étreinte.. éternité
(photo : Tamara Dean)

logo-sashka2
Sashka Buzdin

logofolles
des idées folles

logo-yazidi2
Yazidi

logocarteoleg
Sergey Loier & Oleg Tserbaev

logo-diego2flowers - Diego Barrera

logo-marilyn
Marilyn by PPP

logo-armenia
www.armenia.fr

logo-pattnaik

orthographe

événement ou évènement ?

En savoir plus...